mesdames

J’ai été complètement dépassée de lire dans un récent article de la revue Conseiller qu’en 2021 la majorité des hommes prennent encore les décisions financières, et ce, dans la plupart des couples, même au sein des plus jeunes générations.

Selon un récent sondage 2021 de UBS :

  •  70% des hommes affirment prendre les décisions financières dans le couple
  •  Seulement 20% des couples prennent les décisions conjointement
  • 82% des femmes s’en remettent à leur conjoint, estimant ne pas avoir les connaissances nécessaires pour participer aux décisions financières (et selon le sondage les hommes sont en accord et pensent que leur conjointe n’est pas apte à le faire!!)
  •  À peine la moitié des femmes de moins de 30 ans s’occupent elles-mêmes de leurs finances

Je le constate malheureusement dans ma pratique de gestion de patrimoine, trop souvent les femmes ne se font pas confiance et sous-estiment leurs connaissances en matière d’investissement, laissant le soin à leur conjoint de prendre en charge des questions souvent incontournables pour la planification de leur avenir. Pourtant, selon une étude de Fidelity les femmes qui investissent en bourse obtiennent des rendements plus réguliers à long terme car elles conservent leurs titres plus longtemps, ayant moins tendance à effectuer de transactions que les hommes.

Voici donc 5 raisons qui illustrent à quel point il est essentiel que les femmes soient davantage en contrôle de leurs finances et de leurs investissements :

1) 90% des femmes devront éventuellement prendre seules leur décisions financières

Selon FranklinTempleton. Pourquoi? Les femmes vivent en moyenne 7 ans de plus que leur conjoint, selon l’Institut de la statistique du Québec, en plus de l’écart d’âge fréquent entre les conjoints. Plusieurs femmes héritent 2 fois dans leur vie, de leurs parents et de leur conjoint. Les femmes qui n’avaient jamais été impliquées dans les décisions financières auparavant sont donc souvent très insécures lorsqu’elles se retrouvent seules.

 2) Afin d’éviter de se retrouver dans une posture de vulnérabilité lors d’une séparation

Il est essentiel de s’intéresser à ses propres finances. Ironiquement, ce sont souvent les rapports différents à l’argent et les difficultés financières qui ont raison d’un couple. Le taux de divorce ou de séparation continue de s’accroître dans les pays où l’Organisation mondiale de la santé compile des statistiques. Pour les couples mariés pendant les années 70, la probabilité de divorce s’élève à près de 50 % et on estime à 67 % la possibilité de divorce des couples mariés depuis 1990.

 3) Encore en 2021, l’écart salarial entre les femmes et les hommes demeure

Le salaire des femmes canadiennes est en moyenne 13% moins élevé que celui des hommes. De plus, ce sont souvent les femmes qui prennent une pause en cours de carrière pour s’occuper des enfants ou de leurs parents âgés. Mercer révèle qu’en moyenne, l’épargne-retraite des femmes est de 30 % inférieure à celle des hommes. Moins de revenus, moins de temps de cotisation et souvent plus de responsabilités familiales : tout autant de facteurs que les femmes doivent considérer dans leur planification de retraite.

4) Les femmes gagnent souvent moins que les hommes 

Non seulement les femmes gagnent souvent moins que les hommes mais selon un sondage de CIBC, elles ont également tendance à laisser leur épargne dans leur compte de banque ou à choisir des placements plus prudents se privant ainsi de rendement. Comme les femmes vivent généralement plus longtemps que les hommes, elles doivent donc s’assurer de sélectionner des placements qui les protégeront de l’inflation afin de ne pas survivre à leurs épargnes.

5) En priorisant leurs finances, les femmes auront davantage de pouvoir 

Le pouvoir de quitter une situation qui ne leur convient plus: un mauvais patron ou un emploi qu’elles détestent. Une meilleure situation financière veut également dire liberté de construire un projet entrepreneurial, liberté de faire le choix de se dédier à une cause qui leur tient à cœur. Plus les femmes s’enrichiront, meilleures seront les retombées pour nos communautés.

Certaines statistiques sont encourageantes en matière de propriété d’actifs. Au rythme de progression observé, les femmes canadiennes contrôleront pour 3800 milliards en actifs financiers d’ici 10 ans, comparativement à une valeur de 2200 milliards estimée en 2018, et de 1200 milliards estimée en 2008.

Finalement, pour permettre aux femmes d’atteindre le plein potentiel de leurs finances, je valorise fortement leur implication dans la gestion de leur patrimoine, je les encourage également à discuter avec une (ou un) professionnelle et je recommande aux femmes de se faire confiance et de mettre le nez dans leurs affaires.

Sophie

Conseillère en placement
Gestionnaire de portefeuille
Première Vice-Présidente
Financière Banque Nationale

Lire les autres articles de Sophie
Communiquez avec moi
Joignez mon réseau LinkedIn

 

Nous avons rédigé le présent commentaire afin de vous donner notre avis sur différentes solutions et considérations en matière d’investissement susceptibles d’être pertinentes pour votre portefeuille de placements. Ce commentaire reflète uniquement nos opinions et peut ne pas refléter celles de Banque Nationale Groupe financier. En exprimant ces opinions, nous nous efforçons d’appliquer au mieux notre jugement et notre expérience professionnelle du point de vue d’une personne appelée à suivre un vaste éventail de placements. Par conséquent, le présent rapport représente notre opinion éclairée et non une analyse de recherche produite par le Service de recherche de la Financière Banque Nationale.

Financière Banque Nationale – Gestion de patrimoine (FBNGP) est une division de la Financière Banque Nationale inc. (FBN) et une marque de commerce appartenant à la Banque Nationale du Canada (BNC) utilisée sous licence par la FBN. FBN est membre de l’organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et du Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE) et est une filiale en propriété exclusive de la BNC, qui est une société ouverte inscrite à la cote de la Bourse de Toronto (NA : TSX).

Les renseignements contenus aux présentes ont été préparés par Sophie Paquet, une conseillère en placement de la FBN.

Total
84
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*